Les protections respiratoires

La protection des voies respiratoires est nécessaire en cas d'activité susceptible d'occasionner des inhalations de poussières, de vapeurs, de gaz et d'aérosols ou lorsque le travail à effectuer se situe dans une ambiance appauvrie en oxygène. Il existe des équipements de protection individuelle ou EPI pour se protéger efficacement. Le choix du masque de protection va dépendre de la nature du travail, de la durée d’exposition et des caractéristiques des différentes substances intervenantes. Il pourra s'agir d'une protection passive par le port d'un masque simple, jetable ou réutilisable ou d'une protection active avec les masques à ventilation assistée.

Les risques encourus par les voies respiratoires sans le port d'EPI :

    • inhalation de poussières, particules et fibres
    • inhalation de vapeurs et de gaz
    • inhalation d’aérosols, de brouillards et fumées
    • Les particules inhalées, les gaz et vapeurs respirés peuvent avoir des conséquences sur la santé. Ils peuvent susciter de nombreux troubles respiratoires immédiats et, à long terme, des maladies graves comme :
      • de la toux,
      • de l'asthme,
      • une fibrose,
      • une bronchite,
      • une asbestose,
      • un œdème,
      • une silicose,
      ou encore,
      • des cancers du poumon et des voies respiratoires.
      Les particules sont classées en fonction de leur nature, de leur taille et de leur concentration. Il existe trois catégories, elles sont dites :
      • gênantes, lorsque les particules sont non fibrogènes et non toxiques. Leur action se limite normalement aux voies respiratoires hautes (fosses nasales, pharynx et larynx).
      • Nocives, lorsque les particules sont fibrogènes mais non toxiques. Leur impact est localisé au niveau des voies respiratoires moyennes comme la trachée, l'artère ou les bronches.
      • Toxiques, lorsque les particules sont fibrogènes et toxiques. Elles pénètrent alors facilement dans les voies respiratoires basses qui correspondent aux bronchioles et alvéoles pulmonaires.
        • Les vapeurs qui sont des substances à l’état gazeux formées par l’évaporation de liquides ou de solides et les gaz utilisés dans l’industrie sont généralement toxiques pour l’être humain. Les aérosols proviennent de la pulvérisation, de la condensation de produits qui créent de fines gouttelettes liquides restant en suspension dans l’air.

Les activités à risques

          Il existe de nombreuses activités suscitant un risque respiratoire où le port d'EPI s 'impose :
          • La menuiserie avec le ponçage
          • La soudure
          • Les stations d’épuration
          • Le travail en confinement
          • Le concassage et broyage de matériaux
          • Le sablage, le grenaillage, le meulage
          • La peinture et le vernissage
          ou encore
          • Les traitements phytosanitaires
          • L'utilisation de produits chimiques et biologiques

Les différents types d’E.P.I. des voies respiratoires

          Il existe de nombreux types d’appareils de protection respiratoire qui ont été conçus pour limiter les risques d'atteintes en fonction des particules, gaz ou vapeur à stopper. Un utilisateur pourrait se trouver en situation de grave danger si le type d’appareils sélectionné n’est pas adapté, ou encore si l’appareil est utilisé en dehors des limites prévues par le fabricant. On distingue deux grandes familles d’appareils de protection respiratoire :
          • Les appareils isolants qui sont destinés aux travaux en milieux confinés quand l’ambiance de travail est appauvrie en oxygène.
          • Les appareils filtrants qui concernent les masques jetables et réutilisables dits à ventilation libre et les masques à ventilation assistés. Ils épurent l’air ambiant contaminé par l’intermédiaire d’un filtre. Dans certains cas, la pièce faciale est elle-même filtrante, on parle alors de «pièce faciale filtrante».

Différence entre « ventilation libre » et « ventilation assistée »

          Un appareil filtrant est dit «à ventilation libre» lorsque le passage de l’air au travers du filtre est assuré uniquement du fait des échanges respiratoires du porteur de l’appareil, et «à ventilation assistée» lorsqu’il l’est au moyen d’un ventilateur motorisé, qui peut être par exemple porté à la ceinture.

Les masques à ventilation libre

          Ils épurent l’air ambiant contaminé par l’intermédiaire d’un filtre. Ils sont généralement constitués d’une pièce faciale qui enveloppe de manière plus ou moins large les voies respiratoires (nez et bouche), équipée d’un filtre adapté. Dans certains cas, la pièce faciale est elle-même filtrante dans la plus grande partie de sa surface; on parle alors de «pièce faciale filtrante». Il existe donc différents types d’appareils filtrants :

Le masque chirurgical

          Il faut noter que les masques chirurgicaux ne constituent pas des E.P.I des voies respiratoires et ne sont pas homologués comme tels. Ils ne protègent pas les utilisateurs contre l'inhalation de très petites particules pouvant demeurer en suspension dans l'air pendant de longues périodes et ne constituent des barrières efficaces que pour retenir de grosses poussières ou gouttelettes.

Les Masques jetables

          Le masque anti-poussière contre les poussières ou les grosses particules ou plus communément appelé « masque de protection jetable » est un équipement de protection individuelle simple mais efficace. En revanche, il ne protège pas contre les gaz. Il en existe différents modèles en différents formats et catégories de protection.

Quand choisir le masque jetable

          Vous pouvez utiliser un masque jetable lorsque le taux d’oxygène est supérieur à 17% et que vous connaissez le produit contaminant. Il faut également que l'odeur de la substance soit détectable. Les masques de protection respiratoire dits FFP (Filtering Facepiece Particles) sont des appareils de protection respiratoire de haute qualité et adaptés au milieu professionnel. Ils servent essentiellement de protection contre les fines particules, la poussière mais aussi certains virus. On évalue leur efficacité en fonction du taux de filtration mais aussi en fonction du taux de fuite vers l’intérieur. La norme EN149 définit 3 classes d’efficacité pour ces masques :
          • FFP1,
          • FFP2,
          • FFP3.

Les différents niveaux de protections

          • Les masques FFP1 agissent contre les poussières fines (silice, laine de verre, graphite, ciment, soufre, charbon, métaux ferreux, bois tendre…). On les utilise parfaitement pour le bricolage et les travaux divers (industrie textile, artisanat, métallurgie, menuiserie…). Ils existent avec ou sans valve.
          • Les masques FFP2 sont efficaces contre les particules fines et toxiques (ponçage de pièces métalliques, de résine, champignons...). Ils sont parfaits contre les virus grippaux (grippe aviaire, grippe A/H1N1, SRAS, tuberculose,...) et ils existent aussi avec ou sans valve.
          • Les masques FFP3 sont indispensables pour la très haute protection contre les particules très fines (plomb, amiante, fibres céramiques, projection de béton...). Ils peuvent être utilisé si vous travaillez en contact de courte durée avec l’amiante ou la légionelle. Masque antipollution, efficace en cas d’allergie au pollen. Ils existent uniquement avec valve.

L'utilité de la valve

          La valve présente sur un masque a plusieurs avantages :
          • un confort supérieur
          • pas de condensation à l’intérieur du masque
          • pas de buée sur les lunettes
          • empêche la résistance et aide à inspirer et expirer facilement

Les différents formats

          Les masques peuvent se présenter sous différents formats :
          • Le format coque, de forme arrondi pour épouser la forme du visage, il est moulé et rigide. Il existe avec barrette nasale et joint d'étanchéité.
          • Le format pliable est de forme plus triangulaire. Il est flexible et souple pour se ranger facilement dans une poche par exemple et il existe avec barrette nasale.

La durée de vie des masques jetables

          Les masques jetables ont une durée de vie limitée, avec une date de péremption. Les masques jetables ne doivent pas être rangés après une utilisation car ils sont à usage unique à la différence des masques réutilisables. La durée d’efficacité d’un masque jetable diffère selon l’utilisation car la durée du port d’un masque de protection dépend de l’humidité créée par l’expiration du porteur. On considère que lorsqu’il n’y a plus d’humidité, il est plus difficile de respirer, le filtre est donc saturé. Il est donc parfois nécessaire de changer de masques plusieurs fois en fonction du travail à effectuer.

Les masques réutilisables à « ventilation libre »

          Les masques réutilisables à ventilation libre filtrent l’air qui passe et que l’on respire. Le demimasque ou masque complet filtrant est une pièce faciale qui recouvre le nez, la bouche et le menton et les yeux dans le cas du masque complet et qui est réalisée entièrement ou dans la plus grande partie de sa surface en matériau filtrant. Elle comporte des brides de fixation et dans certains cas une ou plusieurs soupapes expiratoires.

Quand choisir les masques réutilisables

          Comme pour les masques jetables, je choisis un masque réutilisable si le taux d’oxygène est supérieur à 17% et que le produit contaminant est connu. Il faut toujours que l'odeur de la substance soit clairement détectable.

Efficacité du filtrage

          Ce type d’appareils est efficace contre les aérosols solides, les aérosols solides et liquides, les gaz ou combiné contre les gaz et les aérosols comme les peintures, les traitements phytosanitaires et biocides. Les demi-masques et masques complets à ventilation libre doivent respecter les normes NF et s'utilisent avec des filtres complémentaires et interchangeables en fonction du type de travaux. Retrouvez tous les informations relatives aux filtres et normes sur la page des appareils à ventilation assistée.

Les appareils à ventilation assistée (A.R.V.A.)

          Les appareils à ventilation assistée permettent un plus grand confort de travail, ils sont le plus souvent utilisés dans des conditions de travail difficile : chaleur, longue durée, efforts physiques importants… La ventilation assistée filtre les contaminants de l’environnement. Ces masques offrent un confort supplémentaire grâce à un système motorisé qui aide la personne à bien respirer. En effet, ils sont équipés d’une pièce filtrante qui décontamine l'air respiré.

Quand choisir les appareils à ventilation assistée

          Comme pour les masques jetables et réutilisables à ventilation libre, je choisis un masque réutilisable à ventilation assistée si le taux d’oxygène est supérieur à 17% et que le produit contaminant est connu. Je dois également m'assurer que l'odeur de la substance soit clairement détectable.

Les différents formats

          Les formats des appareils à ventilation assistée varient selon les constructeurs mais ils fonctionnent généralement tous selon le même principe. Ces appareils, plus encombrants mais très efficaces, sont constitués d’une protection faciale (coiffe, cagoule, pare-visage, écran de soudage, casque ou casquette) ainsi que d’une unité filtrante montée à la ceinture, d’un moteurventilateur et d’une batterie.

Les appareils isolants à adduction d'air

          Les masques de protection à adduction d’air sont indispensables pour les travaux et maintenance de longue durée dans un environnement à air non respirable (peinture, soudure…), mais également dans des espaces confinés (égouts, fosses…). Ils sont généralement utilisés par des professionnels entraînés à travailler dans des conditions dites difficiles où :
          • Le taux d’oxygène est inférieur à 17%
          • Le contaminant n'est pas connu et/ou inodore
          • Le travail se situe en milieu confiné

Tout savoir sur les filtres

            L’élément actif des filtres est constitué d’un matériau, généralement du charbon actif, qui est traité de manière spécifique en fonction de la nature du gaz contre lequel il est destiné à protéger. Le charbon actif piège alors les molécules gazeuses à sa surface par contact de l’air au fur et à mesure de la respiration. Les filtres ont donc une action limitée dans le temps et doivent être changés à leur complète saturation en polluant. Ils se déclinent en plusieurs formats :
            • en galette
            • en capsule
            • en cartouche
            ou encore
            • en bidon
            Les filtres sont répertoriés selon leur degré d’efficacité et par couleur pour indiquer la nature des gaz contre lesquels ils protègent.

La classification des filtres respiratoires

            Couleur Type de Principaux domaines d’utilisation filtre Blanc P Particules (aérosols : poussières, fumées, brouillards) Brun AX Gaz et vapeur de composés organiques. Point d’ébullition ≤ 65°C Brun A Gaz et vapeur de composés organiques. Point d’ébullition ≥ 65°C Gris B Gaz et vapeur inorganique, chlore, hydrogène sulfuré, acide nitrique Jaune E Dioxyde de soufre, acide chlorhydrique, anhydride sulfureux Vert K Ammoniac et dérivés organiques aminés spécifiés par le fabricant

La classification des masques anti-particules

            Classe Polluants Exemples FFP1 Poussières non toxiques Bois, charbon, ciment, métaux ferreux… FFP2S Poussières fines et toxiques, fumées Cuivre, fibre de verre, nickel… FFP2SL Idem FFP2S + brouillards toxiques FFP3S Poussières très toxiques, fumées Cadmium, chrome, étain, amiante, substances biochimiques FFP3SL Idem FFP3S + protection contre toutes sortes d’aérosols liquides

La classification des filtres anti-aérosols

            Il existe trois classes d’efficacité pour les filtres anti-aérosols selon leurs performances de filtration :
            • La classe P1 (efficacité faible) : il protège contre les particules solides grossières sans toxicité spécifique comme le carbonate de calcium.
            • La classe P2 (efficacité moyenne) : il protège contre les aérosols solides et / ou liquides indiqués dangereux ou irritants comme la silice.
            • La classe P3 (efficacité haute) : il protège contre les aérosols solides et / ou liquides toxiques. Comme le béryllium.

Durée de vie

              Les filtres anti-aérosols vont progressivement se colmater et donc opposer une résistance de plus en plus élevée à la respiration. C’est donc la gêne respiratoire qui va définir le temps d’utilisation d’un filtre et sa fréquence de remplacement.

Les filtres anti-gaz

              Pour les gaz, Il existe trois classes de filtres de protection respiratoire qui sont définies selon leur capacité de protection par piégeage :
              • La classe 1 a une faible capacité de protection, la concentration du polluant doit être inférieure à 0,1 %
              • La classe 2 a une capacité de protection moyenne, la concentration du polluant doit être comprise entre 0,1 et 0,5 %
              • La classe 3 a une grande capacité de protection, la concentration du polluant peut être comprise entre 0,5 et 1 %

Particularité spécifique d'utilisation des filtres à gaz

              Un filtre anti-gaz ne doit normalement être utilisé qu'une seule fois. Il n’existe pas de système fiable qui permette de détecter la saturation d’un filtre anti-gaz. Il filtre les polluants jusqu'à être saturé. Le filtre devient alors inopérant et laisse passer la totalité des polluants auxquels il est exposé. Pour les produits odorants, les filtres doivent être changés dès que l’utilisateur perçoit l’odeur du produit. Pour les produits inodores, il est nécessaire de prévoir des remplacements systématiques dont la périodicité sera déterminée en fonction de la concentration du produit utilisé et de sa fréquence d’utilisation. La date limite d’utilisation est indiquée sur le filtre antigaz.

Les filtres combinés

              Des filtres peuvent être conçus pour protéger à la fois contre les aérosols et les gaz. Ils sont alors constitués d’un filtre anti-aérosols et d’un filtre anti-gaz superposés. Ces filtres comportent un double marquage.

Les normes et réglementations

              Selon la directive 89/686/CEE, les appareils de protection respiratoire doivent, pour être mis sur le marché, subir un examen de conformité aux exigences essentielles qui y sont énumérées et comporter le marquage prévu par la directive, c’est-à-dire la marque «CE», suivie du numéro de référence de l’organisme chargé de suivre la qualité du produit : NF EN 136 Appareils de protection respiratoire – Masques complets NF EN 137 Appareils de protection respiratoire autonomes à circuit ouvert, à air comprimé NF EN 138 Appareils de protection respiratoire à air libre avec masque complet, demi- masque ou ensemble embout buccal NF EN 139 et NF EN 139/A1 Appareil de protection respiratoire à adduction d’air comprimé avec masque complet, demimasque ou ensemble embout buccal NF EN 140 Appareils de protection respiratoire: demi-masque et quarts de masque. NF EN 141 Filtres anti-gaz et filtres combinés NF EN 142 Ensembles embouts buccaux NF EN 143 Filtres à particules NF EN 144-1 Robinet de bouteille, raccord de queue fileté NF EN 145 et NF EN 145/A1 Appareils de protection respiratoire isolants autonomes à circuit fermé, du type à oxygène comprimé ou à oxygène-azote comprimé NF EN 148-1 Filetages pour pièces faciales; raccord à filetage standard NF EN 148-2 Filetages pour pièces faciales; raccord à filetage central NF EN 148-3 Filetages pour pièces faciales; raccord à filetage M 45x3 NF EN 149 Demi-masque à usage unique, filtrant contre les aérosols NF EN 250 Scaphandres autonomes à air comprimé et circuit ouvert NF EN 269 Appareils de protection respiratoire à air libre à ventilation assistée avec cagoule NF EN 270 et NF EN 270/A1 Appareils de protection respiratoire isolants à adduction d’air comprimé avec cagoule NF EN 271 et NF EN 271/A1 Appareils de protection respiratoire isolants à adduction d’air comprimé ou à air libre à ventilation assistée avec cagoule utilisés pour les opérations de projection d’abrasifs NF EN 371 Filtres anti-gaz AX et filtres combinés contre les composés organiques à bas point d’ébullition NF EN 372 Filtres anti-gaz SX et filtres combinés contre certains composés spécifiques désignés NF EN 400 Appareils de protection respiratoire pour l’évacuation; appareils de protection respiratoire autonomes à circuit fermé; appareils d’évacuation à oxygène comprimé NF EN 401 Appareils de protection respiratoire pour l’évacuation; appareils de protection respiratoire autonomes à circuit fermé; appareils d’évacuation à oxygène chimique (KO2) NF EN 402 Appareils de protection respiratoire pour l’évacuation ; appareils de protection respiratoire autonomes à circuit ouvert, à air comprimé avec masque complet ou embout buccal NF EN 403 Appareils de protection respiratoire pour l’évacuation; appareils filtrants avec cagoule pour l’évacuation d’un d’incendie NF EN 404 Appareils de protection respiratoire pour l’évacuation; appareils d’évacuation à filtres NF EN 405 Demi-masques filtrants à soupapes contre les gaz ou contre les gaz et les particules NF EN 1061 Appareil de protection respiratoire pour l’évacuation; appareil de protection respiratoire autonome à circuit fermé; appareil d’évacuation à oxygène chimique (NaClO3) NF EN 1146 Appareils de protection respiratoire pour l’évacuation; appareils de protection respiratoire isolants autonomes à circuit ouvert, à air comprimé avec cagoule NF EN 1835 Appareils de protection respiratoire isolants à adduction d’air comprimé de construction légère, avec casque ou cagoule NF EN 12083 Filtres avec tuyaux respiratoires, filtres à particules, filtres antigaz et filtres combinés (filtres non montés sur un masque) NF EN 12419 Appareils de protection respiratoire isolants à adduction d’air comprimé de construction légère avec masque complet, demi-masque, quart de masque NF EN 12941 Appareils filtrants à ventilation assistée avec casques ou cagoules NF EN 12942 Appareils filtrants à ventilation assistée avec masques complets, demi-masques ou quarts de masque CEN CR 529 Guide pour la sélection et l’utilisation des appareils de protection respiratoire.

La combinaison de protection : aussi pour manipuler les produits phytosanitaires et biocides !

              Une combinaison de protection peut s’imposer dans diverses circonstances, notamment dans les environnements poussiéreux, durant la pulvérisation de produits phytosanitaires ou du types biocides, la manutention de produits chimiques dangereux, ou la manipulation d’outils coupants. L'activité et le risque à maîtriser détermineront le type de protections appropriées. Elles sont répertoriées comme équipements de protection individuelle (EPI). Ces vêtements protecteurs assurent la sécurité du travailleur pour qu’il puisse travailler avec un risque minimal de lésion corporelle ou de maladie. Ils protègent la peau de tout contact avec des produits nocifs. Les combinaisons de protections sont régis par des normes européennes spécifiques avec des exigences générales fixées par la norme EN 340. D’autres normes sont élaborées par type de risque :
              • Risque de happement
              • Résistance à la chaleur et à la flamme
              • Résistance à la coupure par scie à chaîne
              • Protection lors de l’utilisation de couteaux à main
              • Signalisation à haute visibilité.
              • Flottaison
              et également pour :
              • La Protection contre les produits chimiques, phytosanitaires et biocides

Les caractéristiques des combinaisons de protection individuelle contre les risques chimiques

              On parle de taux de perméabilité, de pénétration et de temps de protection ou de dégradation pour évaluer l’efficacité des combinaisons de protection individuelle. Le taux de perméabilité correspond à la vitesse à laquelle l'agent chimique traverse le matériau vestimentaire. Plus le taux de perméabilité est élevé et plus l'agent chimique traverse rapidement le matériau. Il faut distinguer le taux de perméabilité du taux de pénétration. Il y a pénétration lorsque l'agent chimique s'infiltre par les coutures, les perforations et autres imperfections du vêtement. Le temps de protection correspond au temps qu'un agent chimique met pour traverser complètement le matériau vestimentaire. La dégradation, quant à elle, est la mesure de la détérioration physique du matériau vestimentaire en raison du contact avec un agent chimique. Le matériau vestimentaire peut alors durcir, se raidir, devenir cassant, se ramollir, gonfler ou être même dissous par l'agent chimique. Plusieurs types de vêtements de protection chimique existent en fonction du niveau d'étanchéité du matériau vestimentaire :
              • Type 1, Etanchéité au gaz
              • Type 2, Etanchéité limitée aux gaz
              • Type 3, Etanchéité aux projections de liquides
              • Type 4, Etanchéité aux aérosols, aux pulvérisations
              • Type 5, Etanchéité aux particules solides transportées par l’air.
              • Type 6, Etanchéité limitée aux éclaboussures de liquides
              Vous pouvez retrouver ces différentes normes indiquées sur les combinaisons pour vous informer :
              • NF EN 467 et EN 1513 concernent les articles offrant une protection contre les produits chimiques liquides
              • NF EN 465, contre les produits chimiques liquides avec liaisons étanches aux pulvérisations
              • NF EN 466, contre les produits chimiques liquides avec liaisons étanches aux liquides
              • EN 943-1, contre les produits chimiques liquides et gazeux, y compris les aérosols liquides ou solides
              • EN ISO 14877, spécifique aux vêtements de travaux de sablage.
              Ne prenez plus de risque en manipulant les produits phytosanitaires et biocides. Vous pouvez désormais travailler en toute sécurité grâce aux combinaisons spécialement prévues pour les travaux de traitement du jardin et de la maison et augmentez votre protection avec des gants de protection adaptés à votre activité.
Gants pour le travail à la perche, Unger
Gants pour le travail à la perche, Unger
Découvrir nos autres sites sur les nuisibles...
Depuis 2007, les meilleurs produits dans notre boutique ...
...et les annuaires des professionnels de la lutte contre les nuisibles...